L’économie sociale : Pour une relance économique inclusive, solidaire et responsable Retour sur l’événement virtuel « L’économie sociale, un choix plus que local »

24 novembre 2020

Le vendredi 20 novembre, les participant-e-s et partenaires de l’initiative L’économie sociale, j’achète ! du CESIM se retrouvaient virtuellement pour échanger autour du thème « L’économie sociale, un choix plus que local ». Une centaine de personnes étaient au rendez-vous pour réfléchir à ce sujet brûlant d’actualité en contexte de pandémie et de relance économique.

L’occasion était parfaite pour illustrer plusieurs retombées positives de l’initiative, qui en est à sa 4e édition cette année, ainsi que l’important rôle joué par l’économie sociale (ÉS) à Montréal. Diverses stratégies ont également été exposées pour continuer d’accroître sa reconnaissance auprès des grands donneurs d’ordres, de plus en plus soucieux d’adopter des pratiques inclusives, solidaires et responsables.

Animé avec dynamisme par Stéphanie Gagnon, l’événement proposait des allocutions, une table ronde, suivie d’une séance de réseautage éclair. Retour sur cet état des lieux pertinent, éclairant et rempli de bons conseils destinés tant aux entreprises d’économie sociale qu’aux sociétés publiques ou privées qui font appel à leur vaste éventail de produits et services.

Reconnaître l’apport de l’économie sociale à Montréal

« L’économie sociale n’est pas un secteur d’activité : c’est une manière d’entreprendre collectivement », a déclaré en introduction Luc Rabouin, responsable du développement économique et commercial et du design, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal. « Comment peut-elle nous aider à mieux relever les défis sans précédent auxquels nous sommes actuellement confrontés ? »

Selon l’élu municipal, l’ÉS a joué un rôle essentiel dans la gestion de la pandémie à Montréal, notamment en ce qui a trait à la préparation de repas destinés aux personnes vulnérables. Il a réitéré l’engagement de la Ville à soutenir les pratiques responsables, comme le démontrent les mesures de soutien de son Plan de relance économique qui visent les entreprises d’économie sociale. Monsieur Rabouin les a résumées, tout en soulignant qu’au cours de la dernière édition de l’initiative, les achats de la Ville auprès des entreprises participantes à l’initiative ont totalité 5,5 M$.

Édith Cyr, présidente du CESIM, a salué la force du réseau de l’ÉS ainsi que la résilience dont les entreprises ont dû faire preuve cette année. La 4e initiative compte sur l’appui de 30 partenaires et rassemble 37 entreprises sociales « dynamiques, engagées et professionnelles, qui illustrent le savoir-faire et la diversité de l’ÉS montréalaise », estime-t-elle. Les statistiques sont encourageantes : depuis 2013, plus de 1000 contrats totalisant 20 M$ ont été octroyés à des entreprises d’ÉS par le biais de l’initiative. Madame Cyr a invité davantage de donneurs d’ordre à s’engager auprès de l’ÉS comme le font les partenaires de l’initiative, afin de soutenir une consommation responsable, locale et solidaire.

Obtenir des contrats des grands donneurs d’ordres

La table ronde s’est amorcée par l’exemple d’un grand appel d’offres remporté par une entreprise d’ÉS de l’initiative. Jean-Emmanuel Arsenault, directeur général d’Axia Services, et Maryse Lemay, conseillère en approvisionnement durable chez Énergir, étaient présents pour aborder le processus d’obtention de ce mandat ainsi que ses retombées positives pour les deux parties.

Inviter les entreprises d’économie sociale à participer aux appels d’offres et y inclure des critères de développement durable : voici quelques-unes des pertinentes mesures citées par Madame Lemay pour favoriser l’ÉS dans le cadre de l’octroi de contrats importants. Aux grands donneurs d’ordres craintifs de faire affaire avec des entreprises d’ÉS, elle répond : « Il faut aller au-delà des idées préconçues, faire une analyse approfondie, poser les bonnes questions et rencontrer ces entreprises pour mieux les connaître. »

Une invitation appuyée par Anyle Côté, directrice du CESIM, qui a rappelé que non seulement la quantité, mais la valeur des contrats confiés à l’ÉS connaissait une hausse importante depuis 2019, ce qui démontre « la maturité, la solidité des entreprises d’ÉS et leur capacité de répondre aux appels d’offres ».

Favoriser l’économie sociale et reconnaître sa plus-value

Stéphanie Leclerc (Université McGill), Maxime Rivet (Recyc-Québec) et France Doire (Ville de Montréal) ont poursuivi la discussion en énonçant les moyens par lesquels ils encouragent l’ÉS au sein de leurs organisations respectives. La stratégie adoptée à McGill passe entre autres par la subdivision des gros mandats en lots de plus petite taille, tandis que celle de Monsieur Rivet consiste à mieux informer et outiller l’ensemble des acheteurs grâce à un répertoire de fournisseurs qui identifie les entreprises responsables.

« Nous prenons des décisions conscientes pour favoriser la diversité des fournisseurs, cibler explicitement l’économie locale et le partage de nos valeurs sociales et environnementales », a affirmé Madame Leclerc.

Madame Doire a invité les membres de l’initiative à compléter sans tarder leur pré-inscription au Fichier des fournisseurs de la Ville de Montréal, en évoquant les défis d’approvisionnement rencontrés depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire en mars dernier. Que ce soit pour approvisionner la Ville en masques ou désinfectant à mains, répondre aux besoins des personnes itinérantes ou offrir des services alimentaires d’urgence, la Ville a dû se tourner rapidement vers plusieurs nouveaux fournisseurs, car tous n’étaient pas en mesure d’offrir leurs services pendant la pandémie.

Elle a alors eu recours à des ressources indispensables comme le répertoire des 37 entreprises de l’initiative 2020 ESJA recrutant notamment Cuisine-Atout, la Cuisine collective Hochelaga-Maisonneuve et Petites-Mains, des participants de L’économie sociale, j’achète! « De mars à août 2020, 4,5 M$ ont été octroyés aux entreprises d’ÉS, OBNL et coopératives, dont 2,5 M$ en économie sociale seulement », selon Madame Doire.

Faire preuve de flexibilité et d’adaptation en temps de pandémie

Comment modifier ses pratiques pour poursuivre ses activités et préserver un maximum d’emplois ? Plusieurs entreprises d’ÉS ont su tirer leur épingle du jeu, comme Sports Montréal et le Centre d’écologie urbaine de Montréal. Caroline Pujol et Véronique Fournier, les directrices générales de ces deux entreprises de l’initiative, ont résumé leurs principales réalisations pour s’adapter en période de COVID.

« Confrontés à un arrêt brutal de toutes nos activités, nous avons entrepris un important pivot commercial : l’offre de cours virtuels avec interaction directe », a dit Madame Pujol, en soulignant la croissance entraînée par cette action. Selon elle, ce pivot a été réalisé grâce à L’économie sociale, j’achète!, qui venait d’offrir une formation sur le sujet. L’initiative lui a aussi permis de rencontrer Axia Services, avec qui elle collabore maintenant pour répondre de façon plus complète aux appels d’offres en gestion d’installations sportives.

Le Centre d’écologie urbaine de Montréal a aussi été confronté à un grand défi : « Nous lançons des démarches collectives qui dépendent des contacts sociaux et de l’espace public. Comment continuer d’agir en temps de pandémie? » L’organisme de Madame Fournier a entrepris un virage numérique important, en transposant sur le web ses pratiques de participation citoyenne avec franc succès.

La directrice du CESIM a conclu l’événement en félicitant ces deux entreprises et tous les autres participants de l’initiative pour leur agilité et leur résilience durant la pandémie. Plusieurs réussites de l’ÉS durant la relance ont concrétisé et renforcé sa position importante au sein de la relance économique de Montréal cette année. Pour de nombreuses entreprises et donneurs d’ordres, la pandémie a été une occasion de repenser ses processus pour accorder une plus grande place aux pratiques responsables, durables et inclusives.

Merci à tous nos participant-e-s !

Ressources complémentaires

Initiative L’économie sociale, j’achète!

Axia Services

Centre d’écologie urbaine de Montréal

Sports Montréal

Énergir

Université McGill

Recyc Québec

« Retour aux nouvelles